XIIème siècle

Pierre Abelard (1079-1146)

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbé, professeur et compositeur de chansons pour goliards. Surtout connu comme phénomène social et sa relation amoureuse avec Héloise annonçant l'amour courtois chanté par les troubadours et trouvères, mais aussi à travers les lettres échangées par le couple, une certaine forme d'amour libre.


Pérotin (1160-1230)

 

 

 

 

 

 

« maître Pérotin le Grand », compositeur français, représentatif de l'École de Notre-Dame, à Paris. Il est connu comme un des fondateurs de la musique polyphonique occidentale.

 

Léonin (1150-1210)

Maître de musique de la cathédrale Notre Dame de Paris, l'auteur du Magnus Liber Organi (le grand livre de l'organum), destiné à l'usage liturgique.


Bernard de Ventadour (1125-1200)

 

 

 

 

Moine-troubadour.

Considéré comme l'un des meilleurs musiciens de son temps.


Uc Brunenc (1190-1220)

 

 

 

 

 

Noble et troubadour. Une des six oeuvres dont on dispose est écrite avec une mélodie.


Philippe le Chancelier (1165-1236)

 

 

 

Philosophe, poète et compositeur. A occupé des postes importants dans le clergé et est devenu professeur à l'université. On lui doit près de 80 pièces vocales, dont certaines figurent dans  les Carmina Burana  que Carl Orff reprendra dans sa cantate en 1935.


Adam de St Victor (mort en 1146)

 

 

 

Le premier chantre de Notre Dame de Paris (en 1107) il est considéré comme le meilleur poète de son temps.

XIIIème siècle

Perrin d'Angicourt (XIIIème)

 

 

 

 

 

 

Trouvère. Certaines de ses chansons chantent les louanges d'une belle parisienne (?). Il meurt en Provence.


Philippe de Vitry (1291- 1361)






Evèque de Meaux, conseiller du Roi, poète, compositeur et théoricien. Auteur du traité "Ars Nova musicae" et -entre autres -du "roman de fauvel".

 


Jean des Murs (1290-1325)

Mathématicien, astronome, musicien, théoricien de la musique, Johannes de Muris (Jean des Murs) est l'un des fondateurs de l'Ars nova. Son influence fut grande dans les universités des XIVe et XVe siècles. Auteur du traité "Musica speculativa" ("la musique qui reflète le réel" recherche de proportions mathématiques idéales, à l'image de ce que nous propose la nature)

Adam de la Halle (1235-1285)

dit "Adam le bossu".



Considéré comme le dernier trouvère (son oeuvre se situe à la charnière entre la monodie et la polyphonie).

Il est l'auteur du Jeu de la feuillée en 1276, et du Jeu de Robin et Marion. Mais Adam de la Halle a également composé 36 chansons, 14 rondeaux, 1 congé, 18 jeux-partis, une ballade, 7 motets, et le poème du Roi de Sicile (écrit en l'honneur de Charles d'Anjou, roi de Naples, en 1282).



Pierre de la Croix (1270-1347)






Clerc, compositeur, théoricien de la musique, précurseur de l'Ars Nova.

Gautier d'Epinal (XIIIème)

Trouvère. Le thème de ses chansons reste l'amour courtois.

XIV- XVème

Jehannot de Lescurel ou de l'Escurel

(dates inconnues)


Compositeur et poète parisien. Son oeuvre annonce l'"Ars Nova", et propose des formes musicales. Il reprend le "Roman de Fauvel"..


Guillaume de Machaut (1300-1377).

 

 


Le plus célébre compositeur du XIVème. Chanoine de Reims, au service des mécènes, et en lien avec le Roi, il est un héritier des trouvères mais son oeuvre est essentiellement polyphonique.

 


François Andrieu (fin XIVème)


On ne sait pratiquement rien de ce compositeur: il composa la musique de la complainte écrite à la gloire de Guillaume de Machaut « maître de toute mélodie ».


Baude Cordier (1380-1440)

Compositeur représentatif de l"Ars Subtilor" français (polyphonie raffinée du XVème.La musique du rondeau "Belle, bonne et sage" se présente sur une portée en forme de cœur, le canon "Tout par compas" est un canon noté sur une portée circulaire.


Jacob Selenches (1382-1395)


Compositeur et harpiste franco-flamand, personnalité centrale de l'"Ars Subtilor"

Il a développé de nombreuses innovations dans le rythme et la notation musicale. Les textes traitent principalement de lui-même et de sa carrière.


Arnold de Lantins, Hugo de Lantins (début XVème)


Compositeurs de l'école Bourguignonne et franco flamande. Leurs oeuvres se situent à la jonction entre le XVème (Ars subtilor) et le Renaissance.


Johann Robert "Trebor" (1380 -1409)

Compositeur au service de la cour d'Aragon. Représentatif de l'"Ars Subtilor".

Gilles Binchois (1400-1460)

Un des plus célèbres compositeurs du XVème, ses oeuvres ont été reprises maintes fois ou réutilisées comme matériau de base par les autres compositeurs.


Guillaume Dufay (1400-1474)




Compositeur de l'école Bourguignonne et Franco flamande renommé pour la qualité de ses compositions: les rondeaux, le fameuse "Messe de l'Homme Armé". Son oeuvre annonce la musique de la Renaissance.



Lexique

Au Moyen Âge, le « clerc » (du latin clericus, signifiant « qui est instruit ») est une personne qui a fait des études. Il appartient à l'élite des gens qui savent lire et écrire. Il ne relève pas obligatoirement du clergé et n'a pas nécessairement été ordonné prêtre, mais beaucoup de clercs sont en fait appelés à exercer le sacerdoce au sein de l'Église.

 

Les Goliards étaient des clercs itinérants issus des écoles puis des universités de France, Italie, Angleterre et Empire, qui protestaient contre l'Église, l'échec des Croisades , les abus financiers, et contre la royauté et la noblesse. Ils s'exprimaient en latin à travers la chanson, la poésie et la représentation théâtrale. De nombreux poèmes de l'ensemble des Carmina Burana appartiennent à ce mouvement).

 

"Ars nova" est un courant de la musique médiévale occidentale, centrée sur la France, et qui englobe une période comprise entre l'écriture du Roman de Fauvel (1310-1314) et la mort de Guillaume de Machaut (1377). On utilise parfois ce terme pour désigner, d'une manière générale, l'ensemble de la musique polyphonique européenne du XIVe siècle. Les oeuvres antérieures à cette période sont désignées sous le terme de "Ars Antiqua".

 

"Ars Subtilor est un terme introduit en 1963 dans le langage de l'histoire de la musique pour désigner les oeuvres de la période qui s'étend entre la mort de Guillaume de Machaut (1377) et les premières œuvres de Guillaume Dufay (fin du XVème), soit entre l'Ars nova (XIVème) et le début de la Renaissance. Le mot choisi est lié au caractère d'extrême raffinement propre à la musique de cette période. Parmi les musiciens de l'Ars subtilior, on peut compter ceux du manuscrit de Chantilly, notamment Baude Cordier.

 

Le rondeau est un poème qui possède un refrain. Par extension, ces poèmes mis en musique sont appelés également des rondeaux.